Pour aller plus loin : de plus en plus d’arbres mais de moins en moins de forêts

Notre région est riche de très grandes forêts, qui peuvent abriter un grand nombre d’animaux et de plantes. Plus le nombre d’essences d’arbres qui la compose est grand, plus la forêt est apte à faire face aux aléas qu’elle peut traverser : invasions d’insectes ravageurs, sécheresses, tempêtes.

Les cultures mono-essence (une seule espèce d’arbre) sont très fragiles, elles sont avant tout destinées à l’industrie du bois pour la construction et le chauffage.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.