02 Les grands prédateurs (départ)

Vous êtes au départ du circuit de l’exposition Imag’en Ville 2021.

Il est extrêmement difficile de photographier des loups en Bourgogne où ils ne sont pas installés. Quelques photos ont été réalisées dans le Jura mais cela demande une présence continue sur le terrain.

Exception dans l’exposition, les images de loups ont été réalisées pour certaines en Italie, dans le Parc des Abruzzes, où une population de loups a toujours été présente depuis la nuit des temps.

Une autre image présentée a été réalisée dans région d’Europe de l’Est, peuplée d’une meute assez importante qui compte environ 16 loups.

  • Les grands prédateurs

    En Bourgogne-Franche-Comté les mammifères grands prédateurs font naturellement leur retour depuis quelques années.

    Seul les lynx qui peuplent le Jura et la Franche-Comté sont issus de réintroductions opérées dans les années 80. Cette petite population d’une centaine d’individus est la seule qui subsiste en France.

    Les loups quant à eux sont issus des populations qui ont survécu en Italie. Depuis les années 90 ils recolonisent progressivement le territoire Français, dans une lente progression au gré des dispersions naturelles. Parfois, comme dans le Jura, deux individus se « rencontrent » et forment un couple, puis se reproduisent. On a alors une nouvelle meute formée, une cellule familiale qui va s’organiser à l’intérieur d’un territoire bien défini.

  • Anecdote de terrain : la chasse

    Pour l’anecdote, un groupe de biches et un jeune cerf ont d’abord passés, courant à un rythme modéré, mais visiblement les animaux étaient stressés. Une minute plus tard un loup est passé en courant à faible allure également. Il était sans doute en train de pousser les cerfs dans une vallée qui forme un entonnoir, fermé par une rivière difficile à traverser. Là le reste de la meute intervient pour la mise à mort d’un individu plus faible que les autres. Un piège fatal pour une technique éprouvée. Mais le taux de réussite est faible, et ce jour ci personne ne perdit la vie.

  • Les coulisses : Photographier les loups

    Une fois la présence de la meute identifiée, pour le photographe il s’agit de déterminer un endroit propice à une rencontre (lieu de passage, territoire de chasse ou zone de repos) et de faire preuve de beaucoup de patience en attendant une hypothétique rencontre.

    Cette technique s’appelle l’affut, et présente l’avantage de perturber un minimum la vie des animaux sauvages. Seules les phases d’arrivée et de départ sont actives, le reste du temps on est caché derrière un abri naturel ou un filet, et il faut supporter les heures d’attente dans le froid.