12 Les milieux humides

On qualifie de milieux humides toute zone comportant beaucoup d’eau, plus ou moins libre, en compagnie d’une végétation adaptée. Ce peut être un marais, une tourbière, une berge de cours d’eau, un bord de mer…

  • Pour aller plus loin

    On qualifie de milieux humides toute zone comportant beaucoup d’eau, plus ou moins libre, en compagnie d’une végétation adaptée. Ce peut être un marais, une tourbière, une berge de cours d’eau, un bord de mer…

    Ce sont des zones souvent très productives, mais la présence d’eau en permanence dans les sols amène des contraintes pour les plantes, notamment pour les racines (asphyxie) et la relative pauvreté en ions.

    Pour la respiration des racines, on peut évoquer la présence de pneumatophores

    Pour en savoir un peu plus sur les plantes carnivores et notamment la Grassette/Pinguicule.

    Quand l’eau est salée (saumâtre), il faut que les plantes puissent gérer le sel qui est toxique. On peut citer par exemple la Salicorne (Salicornia europaea)

    Beaucoup de ces milieux sont protégés (même s’ils peuvent constituer une gène pour les agriculteurs (zones peu cultivables)) car ils sont une réserve importante de biodiversité.

    C’est notamment des endroits rêvés pour les Amphibiens.

  • Anecdote de terrain : la photo proxi

    Si vous croisez des individus couchés dans une prairie, pliés en 4 ou à 4 pattes, il est fort probable qu’il s’agisse de photographes « proxi ». Ce qui signifie qu’ils photographies des sujets assez petits, et du fait doivent être au plus près, et souvent au ras du sol.

  • Les coulisses

    On n’imagine pas toujours le déploiement de matériel utilisé pour réaliser une simple photo de fleur. La maîtrise de l’éclairage est importante.

    Image à remplacer

    Pourtant, avec un smartphone on peut réaliser des images de fleurs qu’on voit à peine à l’œil nu :

    Drosera