17 Les oiseaux d’eau

Les berges des rivières, les lacs, les étangs de la région abritent une grande variété d’oiseaux d’eaux, migrateurs ou sédentaires.

  • Pour aller plus loin

    Les guêpiers d’Europe arrivent au printemps et creusent leurs nids dans les berges des rivières. Fin juin début juillet les petits naissent et ils sont alors nourris avec les nombreux insectes qui peuplent ces zones humides.

    Les cincles plongeurs apprécient les rivières et les torrents. Ils se nourrissent de larves appelées « traines buches » qu’il pêchent au fond. C’est un oiseau qui a la particularité de nager avec ses ailes, il n’a pas les pattes palmées. Ses « vols » sous-marins sont efficaces et il n’hésite pas à plonger dans les rapides à plus d’un mètre de fond.

  • Anecdote : les martins-pêcheurs de Chevigny

    Les promeneurs de Chevigny connaissent les martins pêcheurs, qu’ils voient parfois dans la rivière Neuve ou dans la Norges.

  • Les coulisses : photographier les oiseaux

    Pour observer ou photographier les oiseaux avec un minimum de dérangement, les naturalistes utilisent une technique d’affut. Le plus pratique quand des cachettes naturelles ne sont pas disponibles est de poser une tente au petit matin, avant que les oiseaux entre en activité. La toile va dissimuler la silhouette et les mouvements du photographe et les oiseaux ne seront pas effrayés. Il faut tout de même être très attentif, et ne pas hésiter à partir si on observe des signes de nervosité (par exemple les oiseaux vont rester percher sur les arbres environnants en émettant des cris, au lieu de se poser aux endroits habituels.